Les livrets non réglementés perdent plus de 12 milliards d’euros au profit du Livret A et du LDD

Ayant entraîné un certain nombre de protestations de la part des établissements bancaires, la revalorisation des plafonds d’investissement du Livret A et du Livret de Développement Durable semble bien avoir une un certain nombre d’effets négatifs pour les professionnels du secteur financier, comme viennent tout juste de le mettre en évidence les statistiques monétaires mensuelles publiées par la Banque de France.

Une collecte record pour le Livret A mais une perte très importante pour les livrets non réglementés

Ayant enregistré, au mois d’octobre, l’une des collectes les plus importantes de leur histoire, avec un montant de 21,29 milliards d’euros, le Livret A et le LDD ont ainsi vu un nombre très important d’épargnants se tourner vers eux, au détriment des solutions proposées par les établissements bancaires, qui ont, quant à elles, vu l’encours des livrets non réglementés reculer de 12,442 milliards d’euros sur la même période, témoignant d’un mouvement sans précédent en faveur des solutions défiscalisées, dont les conséquences risquent de s’avérer être particulièrement lourdes pour l’ensemble des professionnels du secteur.

Les établissements bancaires en difficulté face au changement de position de leurs usagers

Devant déjà faire face à un certain nombre de difficultés liées à la crise économique qui secoue actuellement l’Europe, les établissements bancaires se trouvent ainsi, aujourd’hui, mis, une nouvelle fois, en difficulté par l’engouement suscité par le Livret A et le LDD, même si les conséquences sur l’assurance vie se sont révélées être moins importantes que prévu, compliquant toutefois, malgré tout, un peu plus la situation de ceux-ci, dans le cadre de l’application des dispositions prévues par les accords de Bâle III, ce mouvement amputant, en effet, lourdement leurs fonds propres et anéantissant neuf mois de collecte positive.

Comments are closed.