Livret bleu

En 1975, une loi de finances rectificative autorise les établissements du Crédit Mutuel à distribuer un nouveau compte sur livret, le Livret Bleu. Celui-ci présente, de manière générale, les mêmes avantages que le Livret A, même si quelques petites différences peuvent toutefois être remarquées.

Du fait de sa grande ressemblance avec le célèbre Livret A, ce compte sur livret reste d’ailleurs, lui aussi, limité à une souscription par personne, ces deux produits d’épargne ne pouvant, eux non plus, être détenus simultanément  par un seul et même souscripteur, à moins qu’ils n’aient été ouverts, tous les deux, avant le 1er septembre 1979. Dans le cas où cette condition n’est pas respectée, l’épargnant risque, en plus d’une amende fiscale de 2 % du montant du livret ouvert en plus, des sanctions pénales.

Accessible à partir d’un versement initial minimum de 10 €, contre 1,50 € pour le Livret A, le Livret Bleu, tout comme ce dernier,  permet ensuite aux épargnants de disposer de leur capital comme ils l’entendent. Pouvant être alimenté par toutes sortes de moyens, en espèces, par chèques, ou encore par virements, occasionnels ou réguliers, voire programmés ; les dépôts et les retraits y sont totalement libres, tant pour ce qui concerne leur fréquence, que leur montant. Le solde minimum de ce compte sur livret est, pour sa part, établi à un minimum de 10 €, tandis que le plafond des dépôts, illimité pour les offices HLM, reste cependant, comme dans le cadre du Livret A, limité à 15 300 €, pour une personne physique, et à 76 500 €, lorsqu’il s’agit d’une personne morale.

Le taux de rémunération du Livret Bleu, défini par l’Etat lui-même, en fonction d’une formule établie par un arrêté en date du 29 janvier 2008, est, bien entendu, le même que celui du Livret A, celui-ci étant fixé, depuis le premier août 2009, à 1,25 %. Les intérêts sont, ici aussi, calculés par quinzaine, leur versement effectif intervenant chaque fin d’année ; les gains ainsi générés sont également nets d’impôt, c’est-à-dire qu’ils restent libres de tous prélèvements sociaux ainsi que de l’imposition sur le revenu ou, selon le cas, du Prélèvement Forfaitaire Libératoire.
Si, lors de sa création, au milieu des années 1970, les fonds collectés par le Livret Bleu avaient pour but de financer des emplois d’intérêt général, cette orientation a progressivement changé, tout au long des années 1990. En effet, au cours de cette période, une part, toujours plus importante, des ressources apportées par ce compte sur livret se sont trouvées rassemblées à la Caisse des Dépôts et Consignations, se voyant à présent, au même titre que les bénéfices issus du Livret A, entièrement consacrées à l’aide au logement social.
Si le Crédit Mutuel, propose aux épargnants qui le souhaitent de transférer leur Livret A auprès de leur enseigne, celle-ci n’en a pas pour autant abandonné sa propre formule et permet même, pour une plus grande facilité d’accès, d’y souscrire en ligne, tout comme, par exemple, le Livret de Développement Durable, qui peut venir compléter le Livret Bleu.