La hausse du taux du Livret A met-elle les super-livrets en danger ?

Le Livret A devant voir son taux augmenter à 1,50 %, voire 1,75 %, dès le 1er août prochain, les banques en ligne tentent de trouver des solutions afin que l’intérêt des Français reste porté sur leurs super-livrets. Les offres actuellement proposées y sont donc particulièrement attractives, celles-ci bénéficiant de périodes de promotion, avec des taux tout à fait avantageux.

BforBank donne directement le ton en affichant, dans le cadre de son livret d’épargne, l’un des plus hauts rendements bruts disponibles avec un résultat de 5 %, sur une durée de trois mois, pour un montant des dépôts concernés pouvant aller jusqu’ à 100 000 €, à condition que la souscription ait lieu avant la fin du mois d’août 2010. Seul Allianz Banque propose la même rémunération, mais la période de l’offre n’y est que de deux mois, et ne concerne que les sommes s’élevant jusqu’à 50 000 €, pour toute signature de contrat intervenant avant le 31juillet. Hors promotion, le Livret BforBank reste, quoi qu’il en soit, beaucoup plus avantageux, puisqu’il présente une performance tout de même relativement élevée, établie à 2,30 %, soit un minimum 1,61 % net, après le retrait des 12,10 % de cotisations sociales et des 18 % de Prélèvement Forfaitaire Libératoire, comme celle du Livret + distribué par Fortuneo, tandis que le Livret Allianz n’atteint qu’un taux de 1 %, ce dernier pouvant alors diminué à 0,70 % net, une fois les différents impôts prélevés.

ING Direct est également en bonne place, dans ces nouvelles offres, son Livret Epargne Orange permettant aux nouveaux épargnants de profiter d’une performance brute de 4,80 %, pour une durée de trois mois, avec un total des sommes concernées pouvant atteindre 120 000 €, dans le cadre d’une souscription établie avant le 31 août 2010.

A l’heure actuelle, la formule proposée par monabanq. reste la plus intéressante, dès lors que le capital déposé dépasse 50 000 €, celle-ci affichant un résultat brut de 2,50 %, le rendement net le plus bas étant alors de 1,75 %, suite au versement des contributions sociales et en cas de Prélèvement Forfaitaire Libératoire.

La question se pose alors aux épargnants de savoir si ces formules valent réellement la peine d’être souscrites, et la réponse s’avère être assez simple puisque seules les offres affichant une performance brute supérieure ou égale à 2,30 % permettent véritablement de gagner de l’argent, le rendement net excédant, dans ces cas-là, le taux d’inflation qui se situe, à l’heure actuelle, à 1,60 % par an.

Il convient donc de bien étudier chaque offre en fonction de sa propre situation, les épargnants non imposables sur le revenu, pouvant trouver des livrets d’épargne parfaitement adaptés à leurs besoins, avec des rendements nets de 2,20 % et 2,02 %, pour les offres affichant des taux bruts respectifs de 2,50 % et 2,30 %. Les personnes plus aisées préféreront, sans doute, s’orienter davantage vers les assurances vie et leurs résultats tout aussi performants, celles-ci apparaissant dès lors, grâce à leurs fonds en euros, comme une alternative tout à fait intéressante aux livrets d’épargne les moins rémunérateurs, d’autant plus que ces nouveaux contrats sont généralement libérés de toutes contraintes, et permettent de bénéficier de la fiscalité avantageuse appliquée à ces produits, c’est-à-dire, dès la quatrième année, d’un taux d’imposition particulièrement favorable de 15 %, au titre du Prélèvement Forfaitaire Libératoire, celui-ci diminuant même à 7,50 %, au-delà du huitième anniversaire de la souscription.

Mots-clefs : , , ,